Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 06:56

J'ai déjà la nostalgie du futur.

 

Il avait apporté des parfums précieux, des drogues fétides et du feu.

Benvenuto Cellini (Mémoires de ma vie)

 

Dans le journal du poète-avionneur Maurice Blanchard ( Danser sur la corde 1942-1946) que j'ai trouvé à la librairie de la Halle Saint-Pierre à Paris (aucune librairie ne recèle autant de trésors !) ceci : «  J'ai connu à Dunkerque, de 1915 à 1917, un être très curieux, le lieutenant de vaisseau Winter qui semblait sorti tout vivant du cerveau d'Alfred Jarry. Pour obéir aux instructions générales concernant l'entraînement militaire du personnel, il avait acheté des chapeaux melon, des monocles et des binocles. Il rassemblait son monde, leur distribuait les armes, c'est-à-dire, chapeaux et lunettes, et commençait l'exercice. «  Posez mono-ocles ! Présentez bino-ocles ! Repos » (…) Il nous réunit un jour et nous dit : «  Heure H : cinq heures et demie du soir. Objectif : la pâtisserie (c'était une pâtisserie située en face de l'église et tenue par trois jeunes filles amoureuses). But : pillage, viols, assassinats. «  Nous y fûmes à l'heure dite et nous mangeâmes tous les gâteaux. Winter était le plus heureux des hommes, il paya le goûter. Les jeunes filles lui pardonnaient ses fantaisies car il était leur meilleur client. » ( Lundi 23 novembre 1942)

 

Mon inconscient a plus de talent que moi.

 

Du ciel tombe des cordes. Faut-il y grimper ou s'y pendre ? Feu-Chatterton (refrain de chanson)

 

Le cinéma a été un de mes moyens de transport. (Boris Bergman)

 

A Lons le Saunier ce vendredi 18 mai, des lycéens en visite culturelle avec leurs professeurs rentrent dans la librairie La Boîte de Pandore et portable à la main photographient les livres comme les animaux au zoo. Ils me photographient aussi et j'ai l'impression qu'ils vont me donner des cacahuètes (auteur vivant, espèce en voie d'extinction).

 

Etre pauvre, une vraie vocation pour moi.

 

D'un côté des réfugiés, de l'autre des robots.

 

La découverte par hasard de Shirley Goldfarb, peintre américaine peu connue qui vécut à Paris , plutôt difficilement et qui a écrit ces « carnets » de 1971 à sa mort en 1980. Livre bleu du Quai Voltaire trouvé chez un bouquiniste de la rue des martyrs que j'ai lu en rentrant de Paris dans le train ce dimanche 28 mai. Quelques notes pour vous donner envie : Je suis une femme riche sans argent (1er octobre 1975) – Je dois suivre ma propre étoile même si c'est une étoile filante (23 octobre 1976) – Il y a énormément d'aventure – si on en a conscience – à rester assise sans jamais traverser les frontières, gardant les mêmes habitudes (oui, il y a de l'aventure dans la non-aventure). Je voyage autour de moi-même. (27 décembre 1974). Attendre est un art (3 février 1975).Shirley me plaît et je pense à elle avec tendresse en ce moment.

 

Cette pensée du chanteur Dick Annegarn écoutée à la radio : L'air est mélodique.

 

Et pour finir en beauté, mon ami Marcel Mariën qui pense toujours très fort (et ça gratte le cerveau) :

Le féminisme est une invention masculine.

 

Jean Lenturlu

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 16:48

J'aime avoir mal au cœur et sentir la pluie sous mes paupières.

 

« Mais comment sait-il aussi tant de choses réelles ? A force de mentir, sans doute... »

Matthieu Galey (Journal / 11 avril 1957)

 

Le sombre désespoir d'être jeune.

Maurice Sachs

 

Je suis pour l'immunité ouvrière.

 

En temps de crise économique, ce propos spirituel à placer lors d'un dîner mondain :

Elle : « Que dites-vous, très cher ?
Lui : « Rien d'onéreux, Madame ».

 

Trouver le lieu et la formule. (Rimbaud a-t-il trouvé quelque chose loin de sa mère ?)

 

En 1920, Pierre Reverdy écrit à Gabriel Bounoure : Nous voulons tellement comprendre que nous ne savons plus aimer.

 

« L'Histoire n'est pas le passé, c'est le présent. »

James Baldwin (dans le très bon documentaire « Je ne suis pas votre nègre » de Raoul Peck diffusé ce mois-ci sur Arte.)

 

Tous les matins ou je fais des nuits de veille, je lis sur le coup des 6 heures quelques pages des journaux-mémoires de Pierre de L'étoile qui chronique les temps difficiles d'Henri III et d'Henri le Béarnais qui allait devenir le numéro 4. Ceci qui me ravit par ce langage rustique où les accents n'avaient pas encore chassés les s : « Genehrard, ce jour par dessus les autres, prescha séditieusement, deschirant le Roy, en sa chaire, des plus vilaines injures et calomnies qui se puissent excogiter. (Juin 1593)

 

Le vote utile, le vote utile ! Et le vote inutile alors ?

 

Je suis snob en politique, toujours du côté du plus faible pour me sentir opprimé.

 

IL faudrait pour les différentes élections changer les modalités du jeu politique en s'inspirant des pires émissions de télé-réalité où les candidats auraient des épreuves physiques et intellectuelles à affronter ensemble ou séparément. Non seulement ce serait drôle mais aussi très instructif.

 

Dans « Ouallou » d'Audiberti, cette phrase qui m'inquiète : « Dans la famille, on est tous cousins de père en fils. »

 

Cette pensée métaphysique de mon ami Marcel Marïen pour finir ce mois :

C'est grâce au trou de la serrure que la chambre existe.

 

Jean Lenturlu

 

 

 

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 19:35

Cette élection, vraiment piège à on... (Fillon, Mélenchon, Hamon, Macron, Le Penon)

 

Toujours impressionné par la beauté fraîche des jeunes femmes, pas encore usée.

 

Les travailleurs humanitaires, lorsqu'ils tendent de la nourriture à des gens affamés, apprennent rapidement que les gens qui se battent aux premiers rangs sont ceux qui en ont le moins besoin. Les vrais indigents sont assis en silence à l'arrière, trop faibles pour lutter. Il en va de même dans la tragédie. Souvent, les plus affligés sont ceux qui manifestent le moins leur peine. Mais il savait qu'il n'y avait pas de règle absolue. Louise Penny « Nature morte »

 

Ma devise : Il n'y a pas de frontières dans l'Art d'aller trop loin. (Il faut simplement pouvoir revenir)

 

Mon souhait : Sur ma tombe, inscrire sous mon nom (comme Matthieu Galey) : Homme de livres.

 

Mon désir : Vivre le plus longtemps possible jeune.

 

Et comme écho cette pensée de Théodore Zeldin : L'âge n'est qu'un déguisement.

 

Dans le journal de Jacques Lemarchand, Geneviève K qui dit le 3 juin 1942 : Je suis fatiguée que le monde me prenne pour une femme.

 

Pourquoi je n'écris plus de chanson. (Ce n'est pas une question)

 

Faut-il se creuser la cervelle ou laisser germer les idées ?

 

Eric Losfeld, grand éditeur des années 70-80 : « La seule littérature qui me touche, c'est la littérature écrite avec passion, ou plutôt la littérature passionnée. Je me méfie des mots qui ont trop servi ; à ces mots, je préfère les images, et, parmi elles, les images pures, surtout quand elles ne sont pas innocentes.

 

Métier qui se perd : déserteur de mariages.

 

Dans Libération du 6 mars cette perle d'un parlementaire haïtien à qui l'on demandait, il y a quelques années, de se prononcer sur un coup d'Etat : Je suis ni pour ni contre, bien au contraire.

 

Et pour finir ce mois, Giacomo Casanova pour détendre l'atmosphère électorale : Je baise l'air, croyant que tu y es.

 

Jean Lenturlu

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 15:55

Le comble de l'affront pour un général : être condamné à mort par le dictateur fou pour « crimes contre-révolutionnaires dépassant l'imagination ».

 

Lutter contre le besoin d'avoir toujours raison.

 

Je fuis devant moi.

 

Un jour, on a demandé à Mario Balotelli pourquoi il ne célébrait plus ses buts. L'attaquant a répondu par une question : A-t-on déjà vu un facteur sauter de joie après avoir délivré un colis ?

Grégory Schneider dans Libération du 20 février 2017

 

Avec elle l'amour repasse toujours deux fois.

 

Ma devise du mois (en italien) piquée dans le journal du gros Dominique (que j'aime du fond du cœur) du 25 août 1802 :

Brama assai, poco spera, nulla chiede            (Désire beaucoup, espère peu, ne demande rien)

 

Je passe ma vie à m'attendre.

 

Toutes ces femmes que j'aime deux minutes trente.

 

Ne pas savoir que l'agent VX existe est bon pour le moral. Cet agent neurotoxique, dix fois plus puissant que le gaz sarin est une invention britannique de 1952, développée dans la foulée par les Américains. Indolore, incolore et à la texture huileuse, le VX s'attaque au système nerveux et entraîne deux arrêts : cardiaque d'abord, puis respiratoire (ce qui est mieux que le contraire). Sur la peau, 5 milligrammes de cet agent, classifié arme de destruction massive par l'ONU, suffisent à tuer un adulte de 70 kgs en vingt minutes. Voilà, maintenant vous êtes démoralisé. (Source toxique Libération)

 

Je ne suis pas ce que je crois.

 

Comme au temps lointain où ses parents lui avaient choisi un époux, elle avait les traits délicatement tracés par la pureté et la soumission, les joues brillantes d'une chaste espérance, d'un rêve de bonheur, même d'une innocente gaîté, que les années avaient peu à peu détruits. La vie en se retirant venait d'emporter les désillusions de la vie. Un sourire semblait posé sur les lèvres de ma grand-mère. Sur ce lit funèbre, la mort, comme le sculpteur du Moyen-Âge, l'avait couchée sous l'apparence d'une jeune fille.

Marcel Proust « A la recherche du temps perdu »

 

Il ne veut pas admettre qu'il est mort.

 

Cette jeune femme complètement folle à la librairie de Besançon qui me mitraille de questions absurdes et qui me fait fuir au bout de vingt minutes, ne supportant plus sa souffrance mentale (midi et demi samedi).

Pour finir ce mois, un proverbe de circonstance politique :

Qui gagne à l'Euro-Fillon perd les élections.

 

Jean Lenturlu

 

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 21:24

Ils veulent nous rendre superflus.

 

Dans le journal d'Hervé Guibert « Le mausolée des amants » :

Ainsi moi-même (sans me comparer à Goethe ou à Kafka), mais en qualité d'écrivant, d'homme relativement dévoué à l'écriture, je pourrai imaginer que ce que j'ai pu faire de cette écriture, tant bien que mal, sera un jour assimilé par un autre corps favorable, qui l'apportera plus loin (je suis par avance amoureux de ce corps là), il y aurait dans l'écriture un fantasme d'insémination, d'enfantement : mettre vingt ans après sa mort, un siècle après sa mort, un fantasme d'écriture dans un corps étranger.

 

L'amour (comme l'écrit Dany Laferrière) vient du sud de la vie et lui aussi il a faim.

 

Ce serait comique si les fourmis avaient pris l'Homme comme leur Dieu invisible...

 

Les solutions de l'avenir sont derrière nous.

 

C'est sur ceux qui sont saisis d'une peur véritable devant la faute inéluctable du genre humain, sur eux et eux seuls, qu'on pourra compter pour affronter partout, sans crainte ni compromis, le mal dont les hommes sont capables et qui est sans limites. Hannah Arendt (La culpabilité organisée)

 

Je suis un musée imaginaire.

 

Elle : Qu'est-ce que t'aimerais devenir après ta mort ?

Lui : Un fossile.

 

Mon seul passe-temps dans la vie : vomir.

 

J'aime les gens tristes car j'attends avec patience leur sourire (qui est souvent merveilleux).

 

L'avocat Thierry Lévy qui vient de mourir ce lundi à 72 ans a écrit dans « L'Animal judiciaire » : La prison, c'est d'abord l'injustice. Tout y est permis, car rien de ce qui la remplit n'est juste.

 

Je suis amoureux de toutes les femmes qui me détestent.

 

Le peuple est mort et il ne le sait pas.

 

Et pour finir ce journal, une pensée de mon ami Marcel Mariën :

Je n'ai pas le temps d'être riche.

 

Jean Lenturlu

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 09:18

Recopier le code civil pour apprendre à écrire (conseil de mon ami Henry Beyle pour démarrer l'année 2017).

 

Après avoir bu son verre, elle emploie le mot « lampé » et précise : « C'est un mot qui éclaire ».

 

Cette phrase du Général Shéridan citée par Terry Allen dans un article de Libération pour la re-sortie de son album « Lubbock (on everything) » : Si j'étais propriétaire de l'Enfer et du Texas, j'habiterais en Enfer et je louerais le Texas. »

 

Je rêve d'écrire des pensées sans mots.

 

Mes livres sont devenus d'effrayants cadeaux de Noël.

 

Je pourrais écrire de nouveau des chansons si je croyais cela impossible.

 

Cet aphorisme qui tombe dans un silence assourdissant.

 

L'amour est volatile mais ce n'est pas le petit oiseau.

 

Prendre de l'âge me fait devenir jeune et beau.

 

Je suis toujours pré-occupé par le rien. (rien à faire – rien à dire – rien à foutre)

 

Pourrir n'est pas correct, il faut se décomposer. (Comment réussir sa mort)

 

Mes lectures ne me regardent pas.

 

L'amour est une caricature de la pornographie mais qui n'ose pas trop.

 

Tous ces souhaits de bonne année m'enrhument.

 

Pour finir ce mois cette pensée apocalyptique de Marcel Mariën :

Au commencement était demain.

 

Jean Lenturlu

 

 

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 11:09

En 2017, impassible ne sera pas français.

La diction des sentiments.

L'apocalypse sera religieuse ou ne sera pas.

Ne pas vouloir leur plaire séduit de nombreuses femmes.

Les prémices d'un soulagement existentiel me met au pied du mur de son amour.

Cette réflexion de François Truffaut : J'ai l'impression depuis quelques temps que les films respirent par leurs défauts.

Les voyages déforment la vieillesse.

Tous ces auteurs qui se croient des écrivains...

Cette femme qui offre aux lecteurs son livre sur le bonheur comme un présent maléfique.

Lire au delà des mots.

Mon drame, être un faux chanteur qui n'a pas trouvé son public.

La poésie me poursuit comme une femme amoureuse.

Tous ces Brutus qui veulent devenir Jules César...

Et pour finir ce journal de campagne une pensée de mon ami Louis Scutenaire : Tout le monde peut comprendre ce que j'écris, même les gens intelligents.

Jean Lenturlu

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 18:33

Ce nouveau livre (Tout s'arrange mais mal) qui paraît gai.

 

La belle définition de Victor Hugo : la mélancolie, c'est la joie d'être triste.

 

Cette femme qui veut presque regarder mes livres.

 

Lire des aphorismes, c'est comme manger des chocolats.

 

Mais mon chagrin voulait une image juste, une image qui fût à la fois justice et justesse.

Roland Barthes (La chambre claire)

 

Il a cru toute sa vie qu'il était intelligent.

 

Spéciale dédicace aux romanciers, cette phrase de Blaise Pascal : Je vous écris une longue lettre parce que je n'ai pas le temps d'en écrire une courte.

 

La peste soit de l'ayant-droit, acharné à reconstituer une vie de « saint » propre à édifier les masses plutôt qu'à nous laisser le portrait, juste dans ses contrastes et ses contradictions, d'un être humain. Antoine Audouard (Préface aux lettres de Tchekhov)

 

Je suis fatigué de moi-même.

 

Je voudrai revenir pour rester las.

 

Devenir un vieil auteur qui radote ses écrits et qui vend sa jeunesse.

 

Les fêtes du livre, des maisons de retraite d'un jour ...

 

Cette femme inaccessible par l'amour que je lui porte.

 

Envie de lire loin et profond.

 

La malédiction d'être trop belle.

 

Être libraire c'est carton.

 

Les adultes sont des enfants ratés dit Philippe Sollers à la radio ce jeudi.

 

Et pour finir ce mois, cette phrase d'une vieille dame à Annonay après avoir écouté une de mes chansons : « Vous êtes un peu macabre sur les bords, vous ! »

 

Jean Lenturlu

 

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 11:24

Un peu de retard pour ce journal. Débordé de dédicaces avec mon nouveau livre "Tout s'arrange mais mal"...

 

Et si l'envie m'envahit les lèvres, je peux très bien me lécher. (pris sur le mur FB de Nohed Eve)

 

Si un jour je réalise un film, je signerai « Stanley Lubrique ». (un merci à Tinou pour cette phrase)

 

Bailler d'amour.

 

Les écrivains ne méritent pas d'être encouragés. (Jim Harrison)

 

Je suis un socialiste récalcitrant.

 

Trouver l'autre qui est en moi.

 

La peinture pense. (Daniel Arasse)

 

Idée de refrain :

Aime-moi de temps en temps

et déteste moi souvent.

 

J'ai aucune nostalgie du futur.

 

Quand il m'arrive de relire ce journal, j'ai déjà une impression posthume. (Hervé Guibert « Le mausolée des amants »)

 

L'anorexie de ma pensée face à l'obésité des mots.

 

J'ai décidé d'arrêter de chanter. Je vais gémir maintenant.

 

La politique s'occupe de nous au lieu du contraire.

 

Fréquenté. Il y a quelques jours ! trois femmes écrivains ; lors d'une rencontre littéraire : depuis j'ai, des problèmes de syntaxe.

 

Une pensée de mon ami Louis Scutenaire pour finir ce journal de campagne :

Il n'y a de visage banal que pour les yeux pâles.

 

Jean Lenturlu

Repost 0
Published by Jean Lenturlu
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 13:19

C'est en 1335 que le maire et les échevins d'Amiens obtiennent de Philippe VI le droit de faire fabriquer une cloche spéciale pour imposer aux ouvriers de la ville l'heure du début de la journée de travail, celle de l'arrêt pour déjeuner et celle de la fin de journée.

 

L'amour ne tient jamais en place. (Christian Bobin « La plus que vive »)

 

Dans le journal de Susan Sontag (1965) : « Peu m'importe que quelqu'un soit intelligent ; toute situation entre des gens produit de l' « intelligence », lorsqu'ils se montrent réellement humains l'un avec l'autre.

 

Le burkini est un attrape couillon de laïques.

 

J'ai toujours peur de mourir avant la sortie d'un nouveau livre, jamais après.

 

Nous n'allons jamais au cimetière. Ce n'est pas l'endroit où se trouvent les morts. Les morts sont dans les gens. Chacun en porte une quantité plus ou moins importante. (Samuel Benchetrit « La nuit avec ma femme »)

 

Cette belle phrase d'Aragon : Il me reste si peu de temps pour aller au bout de moi-même.

 

Toutes ces pensées, même les miennes, ne m'appartiennent pas.

 

Il faudrait que chaque écrivain pense à cette phrase de Pierre Michon avant de commencer un nouveau livre : Ecrire, c'est se justifier sans qu'on vous le demande.

 

La liberté de ne pas être libre.

 

Ce nouveau livre est déjà loin de moi, alors qu'il n'est pas encore imprimé.

 

Regarder en face sa médiocrité d'homme.

 

Ces hommes politiques qui nous promettent tout ce qu'ils ne peuvent pas nous offrir.

 

Elle crie pour parler.

 

Lu cette phrase : Etre mis devant la fête accomplie.

 

Ses griffes qui me caressent.

 

Une pensée de mon ami Louis Scutenaire pour finir ce mois :

Pour être content de soi il suffit de regarder et d'écouter les autres.

 

Jean Lenturlu

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques