Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 13:19

C'est en 1335 que le maire et les échevins d'Amiens obtiennent de Philippe VI le droit de faire fabriquer une cloche spéciale pour imposer aux ouvriers de la ville l'heure du début de la journée de travail, celle de l'arrêt pour déjeuner et celle de la fin de journée.

 

L'amour ne tient jamais en place. (Christian Bobin « La plus que vive »)

 

Dans le journal de Susan Sontag (1965) : « Peu m'importe que quelqu'un soit intelligent ; toute situation entre des gens produit de l' « intelligence », lorsqu'ils se montrent réellement humains l'un avec l'autre.

 

Le burkini est un attrape couillon de laïques.

 

J'ai toujours peur de mourir avant la sortie d'un nouveau livre, jamais après.

 

Nous n'allons jamais au cimetière. Ce n'est pas l'endroit où se trouvent les morts. Les morts sont dans les gens. Chacun en porte une quantité plus ou moins importante. (Samuel Benchetrit « La nuit avec ma femme »)

 

Cette belle phrase d'Aragon : Il me reste si peu de temps pour aller au bout de moi-même.

 

Toutes ces pensées, même les miennes, ne m'appartiennent pas.

 

Il faudrait que chaque écrivain pense à cette phrase de Pierre Michon avant de commencer un nouveau livre : Ecrire, c'est se justifier sans qu'on vous le demande.

 

La liberté de ne pas être libre.

 

Ce nouveau livre est déjà loin de moi, alors qu'il n'est pas encore imprimé.

 

Regarder en face sa médiocrité d'homme.

 

Ces hommes politiques qui nous promettent tout ce qu'ils ne peuvent pas nous offrir.

 

Elle crie pour parler.

 

Lu cette phrase : Etre mis devant la fête accomplie.

 

Ses griffes qui me caressent.

 

Une pensée de mon ami Louis Scutenaire pour finir ce mois :

Pour être content de soi il suffit de regarder et d'écouter les autres.

 

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 16:26

L'impensable ne pense pas.

 

Relu « Leçons d'amour » de Joan Wyndham car je me sens un peu limité.

 

Cette réflexion de l'écrivain Pèter Esterhazy qui vient de mourir ce 14 juillet 2016 : « Il est bigrement difficile de mentir quand on ne connaît pas la vérité. »

 

Propos vomitifs de tous ces gens qui détestent les hommes et femmes politiques. Leur punition, devenir pendant un mois un élu dans une petite ville de province au service de leurs administrés et on verrait ce qu'ils en disent avec cette définition de l'historien Patrick Boucheron : « La politique, ce n'est pas la quête de la vertu mais l'organisation de la mésentente. »

 

Je pense à elle pour ne pas l'oublier totalement.

 

A la Flèche, ce 16 juillet, au restaurant, spectacle de la belle serveuse désorientée.

 

Je ne peux vivre que des amours impossibles.

 

Mon constat d'échec est certainement une réussite.

 

J'ai envie de mourir ce soir mais pas longtemps.

 

Tous ces gens qui s'obstinent à prendre des coups de soleil...

 

Cette lassitude d'exister, vite rattrapée par l'urgence de vivre.

 

Parler de Dieu pour ne rien dire.

 

Et pour finir ce mois d'été, une pensée de Paul Nougé :

Le froid est vraiment un plaisir pour les riches.

 

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 16:50

 

 

 

 

On ne peut pas forcer tout le monde à aller au Paradis.

(Remarque d'un retraité algérien au sujet des islamistes)

 

A Valence, dans la rue, devant la librairie , cette femme qui me dit en lisant mes aphorismes : « Vous êtes un peu triste à l'intérieur ».

 

Il faut beaucoup de temps pour devenir jeune. (Régis Debray)

 

Hier au Théâtre antique à Vienne, écrasé par la notoriété d'un chanteur célèbre...

 

Je ne veux pas qu'on m'aime ; je veux qu'on ait pitié de moi.

 

Ils filment avec leur téléphone des souvenirs dont ils ne se rappelleront pas.

 

Ecouté cette sentence de Maurice Levy sur France Info : Il faut accélérer pour ne pas rater le virage.

 

Je n'aimerai pas être le cerveau de certaines personnes.

 

Envie de ne pas chanter.

 

La nuit ne sait pas qu'il fait noir. (Joe Bousquet)

 

Elle veut me forcer à être heureux alors que je me sens bien dans le désespoir.

 

Cet été, envie d'aller en Sibérie pour rencontrer des femmes froides.

 

La chiantillesse (mot de Louise).

 

De belles rencontres amoureuses sans aucun lendemain difficile.

 

Sa hantise suprême était de se réveiller à côté d'une femme et ses rêves étaient peuplés de nombreux travestis grimaçants.

 

Et pour finir ce mois, une pensée de Jules Renard tirée de son journal : « La lâcheté des mains quand il faut applaudir ».

 

Jean Lenturlu

 

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 21:20

 

Le mode de vie de la tique est assez austère. La femelle fécondée grimpe sur une branche de buisson à l'affût d'un mammifère (ou d'un oiseau) de passage. Elle peut rester ainsi à attendre plusieurs jours, plusieurs semaines , et plusieurs années... On a pu maintenir en vie l'animal en laboratoire pendant dix huit ans, sans qu'elle ne se nourrisse ou ne bouge ! Lorsqu'un animal passe enfin sous sa branche, elle se laisse tomber sur lui. Elle se fixe alors sur sa peau, y enfonce la tête et se gorge de son sang. Ensuite, elle quitte l'animal parasité et va déposer sur le sol ses œufs remplis de réserves sanguines. Puis elle meurt.

Jean-François Dortier « L'homme, cet étrange animal »

 

L'histoire est toujours contemporaine.

 

La hantise quand on frappe à la porte.

 

Il regardait son futur par derrière.

 

Dans la préface à « Lucien Leuwen » cette pensée d'Alain : Une foi est un bon refuge pour douter de tout.

 

Il se figea dans une immobilité dont seuls les Indiens sont capables – comme un effluve de fumée de cèdre, elle traverse leur corps et devient un souffle impalpable, comme s'ils devenaient presque complètement invisibles.

Craig Johnson « A vol d'oiseau »

 

le sens impossible des mots.

 

Comme tous les gens laids je me suis énormément regardé dans le miroir.

Michel Fau

 

Je préfère dormir dans mes bras.

 

Je crois qu'on peut aussi tuer avec la gentillesse.
Bob Dylan

 

Les jeunes avec leurs amours, les vieux avec leurs maladies...

 

Sauter pour mieux reculer.

 

L'insomniaque qui tombe du réveil.

 

Et pour finir ce mois, ce dicton de Marcel Mariën (la boîte noire) :

Le désir se trompe parfois, le plaisir jamais.

 

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 07:55

Cette beauté froide qui me réchauffe le cœur.

 

Cet enfant de 8 ans qui s'allonge par terre dans sa chambre et qui dit à l'éducateur : Je vais crever de sommeil.

 

La vie est une maladie de l'esprit.

Novalis

 

Suivre de loin une femme et croire qu'on peut l'aimer de près.

 

L'Art vise, non pas une explosion momentanée d'adrénaline, mais l'édification graduelle durant toute une vie d'un état d'émerveillement et de sérénité. L'art dans sa plus haute mission est à peine humaine.

Glenn Gould

 

Je n'ai pas le temps d'exister.

 

Il ne sait pas quoi dire alors il parle.

 

L'existence d'un Purgatoire repose aussi sur la conception d'un jugement des morts, idée assez répandue dans les différents systèmes religieux, mais les modalités de ce jugement ont grandement varié d'une civilisation à une autre. La variété de jugement qui comprend l'existence d'un Purgatoire est très originale. Elle repose en effet sur la croyance en un double jugement, le premier au moment de la mort, le second à la fin des temps.

Jacques Le Goff (La naissance du Purgatoire)

 

Le 23 avril 2016, 400 ans après sa mort je note ceci : Shakespeare n'a jamais existé. Toutes ses pièces ont été écrites par un inconnu qui portait le même nom que lui.(Alphonse Allais)

 

J'ai besoin aujourd'hui d'être une guitare électrique.

 

Nuit debout et Jour couché.

 

Il faut vivre debout dit-il et il s'assoit.

 

Il y a des librairies où il fait froid à l'intérieur des livres.

 

Et pour finir ce mois « une nouvelle en trois lignes » de Félix Fénéon :

Le valet Silot installa, à Neuilly,

chez son maître absent une femme amusante,

puis disparut, emportant tout, sauf elle.

 

Jean Lenturlu

 

 

 

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 11:39

Un alcoolique devient forcément imbuvable.

 

C'est dans la maladie que nous nous rendons compte que nous ne vivons pas seuls mais enchaînés à un être différend, dont les abîmes nous séparent, qui ne nous connaît pas et duquel il est impossible de nous faire comprendre : notre corps. (Marcel Proust – mort de ma grand-mère)

 

Je suis ruiné mais quand on est déjà pauvre, ce n'est pas très grave.

 

Sois un homme, comme ta mère. (proverbe marocain)

 

A Besançon , dans une pâtisserie - salon de thé, un monsieur qui explique au vendeur : Vous n'allez pas me croire, mon confesseur m'a dit « Pour ta pénitence, tu m'achèteras des chocolats ! »

 

« La guerre des juifs » de Flavius Josèphe, un livre d'actualité à lire absolument.

 

Dans quinze jours, je chante mes chansons ou alors je fais semblant.

 

La subtilité est une forme de mépris pour cette époque rustique.

 

Cette femme m'ayant acheté un livre-disque pour un cadeau qui me dit : Vous êtes l'homme qui tombe à pic !

 

L'homme politique est par définition idiot, puisqu'il est élu par le plus grand nombre sauf quand les circonstances historiques le poussent parfois à devenir un héros, ce qui sublime son incompétence en destin grandiose. (Ce n'est pas de sa faute)

 

Olivier, grimaçant, après s'être mouché : « Je ne sais pas ce qu'ils mettent dans le sopalin »

Constant (9 ans) : De la sopaline.

 

A Vichy, m'a dit Martine la libraire, il existe les sœurs quatre bras. Ecrire une histoire ?

 

50, 70, 90, 70, 50, 70, 50, 90, 50, 70, 110, 130, 50 : la vitesse des routes m'insupporte. Pourquoi ne pas mettre toutes les routes à cent cinquante et la sélection naturelle fera le reste. C'était ma séquence « Darwin avait bien raison mais il ne travaille pas à la sécurité routière ».

 

Vivre vite et mourir lentement, ou le contraire ?

 

J'ai la gueule de bois de ne pas boire.

 

Et pour finir un petit aphorisme du grand Karl Kraus : Dans une tête vide, il entre beaucoup de savoir.

 

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 08:58

Elle me regardait, mais j'étais tourné vers la fenêtre, contemplant les ténèbres de ma vie.

Craig Johnson « Le camp des morts »

 

Le cordon ombilical de son cul.

 

La logique s'est maintenant réfugiée dans les logiciels.

Jean Luc Godard

 

Je ne vis pas, j'attends d'exister.

 

Mon cœur comme cet appartement vide où tous les meubles ont disparu.

 

Descente dans la nuit (que je vois comme un escalier – marche par marche – sans que jamais il y eût une dernière).

Marina Tsvetaieva

 

Ne t'inquiète pas chéri, je suis aux urgences à l'hôpital mais la voiture n'a rien.

 

Hier 19 février, C. me parlant de son éventuelle séparation qui me dit un peu inquiète : « En homme, je n'y connais rien ! »

 

On entend le silence qui s'est lavé dans les eaux,

et je voudrai, terrassé de soleil,

m'endormir en plein midi,

l'âme aussi dure que la montagne immense.

Benjamin Fondane

 

Chanter encore une fois ou deux mes chansons et changer de nom : James Azbine.

 

J'ai encore envie de boire beaucoup mais je n'ai plus le foie.

 

Conseil de Jules Renard pour finir ce mois : Lis toutes les biographies des grands morts, et tu aimeras la vie. (Journal 29 novembre 1895)

 

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 17:03

Les grands artistes savent tirer profit de cette idée : changer, c’est la règle. Vas-y. Perds-toi. Essaie encore. N’aie pas peur d’avoir mal. Travaille ta douleur. Peut-être que cela importe parce que cela importe peu, au fond. Ne sois jamais englué. Pète un plomb. Pars en vrille. Reste à l’affût. Fais un truc. Si ce que tu viens de faire ressemble trop à ce que tu as fait avant, gribouille-lui le visage, tords-le, fais-en autre chose. Fais de ÇA autre chose. Surplombe-le. Laisse tomber. Deviens magique. Construis-toi des voies, puis détruis-les. Sois discipliné(e). Fais en sorte que cela compte, sois bon et fidèle à toi-même, quelle que soit la personne que tu es à ce moment-là.

Tunde Adebimpe, de TV on the Radio en hommage à David Bowie mort le 10 janvier 2016

 

J'aimerai qu'elle m'aime comme un amant occasionnel.

 

J'ai peur que le trou de mémoire m'engloutisse entièrement un jour.

 

J'aime quand les chansons volettent au dessus du public et que je me sens léger avec lui.

 

Le vase communicant idiot. Moins je veux chanter, plus on me propose des dates de concert.

 

J'écoute Léonard Cohen et sa voix grave avec de beaux choeurs féminins : coït émotionnel.

Ce parcours difficile pour arriver à son âge (80 ans ?) à une plénitude artistique que tout chanteur aimerait vivre. Je me rappelle d'un de ses concerts à Saint-Etienne (en 1974 ou 75?) où tout allait mal dans sa tête. Au milieu du spectacle il s'était arrêté en déclarant que ce n'était pas bon et qu'il allait recommencer du début. Et je ne pense pas que le public ait vu la différence...

 

Son amour m'immunisait depuis 5 années contre le rhume quand tout à coup hier, gros rhume et je n'arrive pas à la joindre...

 

Fatigue des grands jours, petitesse de la nuit épuisée.

 

L'érotisme de ne pas désirer.

 

Toute ma vie est imaginaire (comme la vôtre d'ailleurs).

 

Je soupçonne en moi la présence adverse de quelqu'un de bas qui parle haut et de quelque de très haut qui parle tout bas. Ce qu'il faut, c'est changer l'ordre de ces registres.

Marcel Jouhandeau (Dans l'épouvante, le sourire aux lèvres)

 

Les lettres de Cicéron, magnifique miroir de notre impuissance républicaine....

 

Conseil du mois :

Rater sa vie bien comme il faut.

 

Jean Lenturlu

 

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 14:26

Je ne vois qu'un état d'urgence, celui d'aimer.

 

L'éditeur que je vois pour la première fois, parle comme un homme « fini » : « il faut écrire des romans, il n'y a que ça qui se vend... » Je lui dis : « Je reviendrai vous voir quand j'aurai écrit un roman », et je sais bien que je ne le reverrai pas car l'idée du roman, même, m'est intolérable, est pour moi comme une affreuse résignation (cela fait trois ans que je ne lis plus D., pourquoi devrais-je prendre modèle sur lui?). Hervé Guibert Le mausolée des amants (journal 1976 – 1991)

 

Epitaphe pour mon beau-père posthume qui vient de se suicider : « Prisonniers des gouttes d'eau, nous ne sommes que des animaux perpétuels. » (les champs magnétiques – Breton/Soupault)

 

Je repense à la vitesse de la route... Comme le disait Jacques Chirac lors d'un discours : Il faut mettre un frein à l'immobilisme.

 

Chanter bientôt ; comme si j'y étais obligé par des circonstances crapuleuses.

 

La joie d'acheter des livres que je ne lirai pas.

 

Le coït subliminal de la mort.

 

Les lettres sublimes de Madame Du Deffand à Voltaire comme celle du 1er octobre 1759 : « Il n'y a plus de gaité, monsieur, il n'y a plus de grâces. Les sots sont plats et froids, ils ne sont point absurdes ni extravagants comme ils étaient autrefois. Les gens d'esprit sont pédants, corrects, sentencieux. IL n'y a plus de goût non plus ; enfin il n'y arien, les têtes sont vides, et l'on veut que les bourses le deviennent aussi... »

 

  • X : Je ne voyage que pour mon plaisir !

  • Moi, c'est pour mon plaisir que je ne voyage pas. Marcel Jouhandeau (Dans l'épouvante le sourire aux lèvres)

 

A Vienne, des bobos qui sont contre la société de consommation et qui vont voir le dernier Star Wars (20 décembre)

 

Dans le passionnant ouvrage de Jacques Le Goff « L'Europe est-elle née au moyen âge ? » la première utilisation (?) d'une arme bactériologique est à l'origine de l'épidémie de peste noire de 1347-1348 qui ravagea la chrétienté (50 à 70 % de mortalité !) : « … La colonie génoise de Caffa en Crimée fut assiégée par des Asiatiques qui utilisèrent comme armes contre les assiégés des cadavres de pestiférés jetés par-dessus les murailles. Le bacille véhiculé par les puces ou les rats ou, comme on le croit plutôt aujourd'hui, par le contact humain vint en Occident à bord de bateaux originaires de Caffa. Au cours de l'année 1348, il se diffusa dans pratiquement toute l'Europe. »

L'histoire n'a pas retenu si les assaillants asiatiques ont été contaminés de leur côté...

 

Et pour finir, ce petit conseil de Marcel Mariën : Prenez votre courage avec des gants.

 

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 12:44

« Après tout, le fascisme n'est qu'un développement du capitalisme et la plus modérée des soi-disant démocraties est capable de se transformer en fascisme en cas de crise. » Lettre de George Orwell à Geoffrey Gorer (15 septembre 1937)

Cette odeur de sang à la télévision...

« C'est effrayant, les épiciers retraités qui revêtent l'uniforme ! C'est épatant comme ça a du chien, les notaires, les vitriers, les percepteurs, les menuisiers et tous les ventres, qui, chassepot au cœur, font du patrouillotisme aux portes de Mézières ; ma patrie se lève ! … Moi, j'aime mieux la voir assise : ne remuez pas les bottes ! C'est mon principe.» Arthur Rimbaud (lettre à Georges Izambard – 23 août 1870)

Les commentateurs à gages, partout.

Talleyrand décrit par Mérimée dans une lettre à Stendhal le 19 janvier 1833 : « C'est un gros paquet de flanelle enveloppé d'un habit bleu et surmonté d'une tête de mort recouverte de parchemin ».

Même mon facteur a l'air d'un militaire.

Tous ces gens qui ne veulent pas me connaître.(A Chalon sur Saône ce samedi 14 novembre, dans la librairie)

Sur son mur FB, après les attentats de Paris du 13 novembre, Cécile Coulon a écrit : « Liberté, aujourd'hui je voudrai te mettre un accent grave. »

Tu es un homme restreint (me dit-elle).

Dans mon enfance les vieillards disaient de celui qui mourait : « Il est retourné chez lui. » Marcel Jouhandeau (Journaliers / Orfèvre et sorcier)

Obscur objet sexuel je suis.

Dans le journal de Susan Sontag du 20 août 1964 : « Lire des critiques obstrue les conduits où circulent les idées neuves : cholestérol culturel. »

Trouver des amis de divertissement pour les fêtes.

Jean Lenturlu

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques