Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 17:12

Puis il l'oublia tendrement.

(mon roman commencera comme ça)

 

Les rombières de la culture.

 

Elle me tournait le dos et malgré mon envie, elle ne se retourna pas.

 

J'aime l'écriture de l'impuissance et non le contraire.

 

Souvent les personnes imbus d'eux-mêmes meurent d'une cirrhose du coeur.

 

J'attends d'éventuels lecteurs au milieu de l'indifférence générale et je sens en moi cette solitude particulière qui m'accompagne depuis l'enfance.

 

Tous mes mots, elle les tord du mauvais côté, pour qu'ils sentent la haine.

 

On devrait apprendre à s'entendre parler.

 

Dans les mots couverts, je voudrai le mot couteau, celui qui se plante dans le cœur.

 

Boursouflé par son égo d'écrivain et alourdi de syntaxes, il n'arrivait pas à décoller pour atteindre ses grandes ambitions littéraires.

 

J'aimerai écrire un livre qu'on ne pourrait pas offrir.

 

C'était un sapin d'appartement qui était fier de ses aiguilles en plastique et qui rêvait de s'enfuir de ce grand magasin pour vivre au milieu des conifères...

 

Pour finir l'année en beauté, une pensée (intemporelle) de Marcel Mariën tirée de la boîte noire : Le temps a raison de toutes les horloges.

 

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 12:22

Ce mercredi 29 octobre à l'imprimerie Chirat de 10h à 16h30 pour assister à la naissance de « Relica ». Beau bébé de 96 pages en noir et rouge (hommage à Jeanne Mass), qui doit maintenant se faire coudre, relié et façonné la façade. Il sera prêt le 12 novembre et je lui souhaite de bons lecteurs, chaleureux et désinvoltes, pas trop sérieux et fidèles en amitiés littéraires...

 

A murmurer à une jeune femme ou à un vieux barbon, selon votre goût : « Si vous vous trouvez entre le désir et le scrupule, appelez-moi vite, et je me joindrai au désir pour prouver au scrupule qu'il n'est qu'un sot."           Diderot (correspondance à Grimm le 10 novembre 1770)

 

Je suis très connu mais par un petit nombre de personnes.

 

Dans la revue « Terra eco », ce témoignage de Cyril Mallet qui est géologue : « Je connais un village portugais où les maisons sont posées sur des rails. Tous les étés, des bœufs tirent les maisons vers les plages et les ramènent vers l'intérieur des terres l'hiver venu. Aujourd'hui, chacun veut profiter du littoral toute l'année, quelques que soient les conditions et quels que soient les moyens. »

 

Ce chiffre effrayant : 421 millions d'oiseaux en moins en Europe depuis trente années. Bientôt, nous installerons des hauts-parleurs dans les forêts qui diffuseront des gazouillis enregistrés.

 

Début octobre, trois jeunes femmes me croisent attablé à côté de mes livres devant la librairie Le Cyprès à Nevers,et l'une d'elles me demande : « Vous êtes une star ? » Je réponds : « Non, ce n'est pas un métier ! » Alors la bouche en cœur, l'une s'écrit : « Si, quand même ! » Il ne faudra pas que j'oublie de rajouter ce statut en or sur ma carte de visite !

 

Cela me fait penser à ce bon Léon Zitrone qui, harcelé par une admiratrice, lui a déclarer fermement : « Madame, je vous interdis de me reconnaître ! »

 

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:48

J'avais l'impression d'être mort ; ses mains chaudes sur mon corps froid...

 

Tous ces gens qui croient à la vérité !

 

 Les regards paresseux et courts des hommes.

 

Il rêvait d'être seul au monde et de vivre le parfait amour.

 

A Grenoble ce 6 septembre devant la librairie La Dérive, ce monsieur craintif à mon regard qui me dit précipitamment en montrant la personne qui l'accompagnait: « C'est pas moi qui lit, c'est elle ! »

 

Les jeunes filles en fleurs et les grandes dames fanées...

 

Ne lisez pas l'infâme publicité qui est à côté de ce journal !

 

Je suis triste d'être heureux aujourd'hui.

 

J'aime beaucoup Nuala O'Faolain (sa sensibilité sauvage de femme) et je vous conseille ses livres autobiographiques. Cet extrait tiré de « J'y suis presque : la parcours inachevé d'une femme de Dublin » :  Il y avait des lettres de gens qui m'avaient aimée de manière inoubliable, mais également des lettres, tout aussi passionnées, de gens dont je ne me souvenais plus du tout. Il y avait des lettres de moi destinées à mon premier amour. J'ai retrouvé des photos jaunissantes de mon jeune visage souriant. Mais qu'était-il, oh !, qu'était-il arrivé à cette jeune fille optimiste ? 

 

Le nom de mon nouveau LD qui sort fin octobre : « Relica » parce que le CD contient 21 chansons posthumes, oubliées, jamais chantées, maquettes abandonnées, archéologie d'une démarche artistique de 1988 à 2001 environ, reliques pitoyables d'un chanteur qui ne chante plus...

 

Je lis les lettres de Madame Du Deffand à Voltaire.

 

Radieux : « J'aurai pu avoir plus ! » s'est écrié l'assassin Lebret, condamné à Rouen, aux travaux forcés à perpétuité. Félix Fénéon (nouvelles en trois lignes)

 

Cet aphorisme de Marcel Mariën pour finir ce mois  : Les cannibales n'ont pas de cimetière.

 

Jean Lenturlu 

 

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 14:59

Je suis très énervé que ce blog soit maintenant pollué depuis quelques semaines par des encarts publicitaires et je m'en excuse auprès de mes fidèles lecteurs. Je songe à déménager sur un site autonome, ce qui va me demander un peu de temps et aussi un peu de monnaie...

 

Cette pensée lumineuse de Chantal Thomas que je ne crois pas avoir notée sur ce journal : « Pour bien vivre il faut réussir son couple avec soi-même. »

 

J'aime les activités pluri - indisciplinaires.

 

A Grenoble ce samedi 6 septembre devant la librairie La Dérive, ce monsieur tout à coup craintif en me voyant et qui s'exclame en montrant du doigt sa femme :

« C'est pas moi qui lit, c'est elle ! ».

 

L'amour, inaccessible, me regarde de loin, en souriant bêtement.

 

Tous ces gens qui se croisent sans se regarder, les yeux rivés sur leur téléphone...

 

Dans « Les chaussures italiennes », très beau livre d'Henning Mankell cet extrait : « La morte avait un beau visage. Il y a une beauté spéciale qui n'appartient qu'aux femmes très âgées. Dans leurs rides sont inscrits toutes les marques, tous les souvenirs de la vie écoulée. Je parle des femmes très âgées, celles dont la terre réclame déjà le corps. »

 

Un peu triste d'avoir fini les 8 « Journaliers » de Marcel Jouhandeau que j'avais acheté à un bouquiniste de Saint-Etienne il y a quelques mois. Cette réflexion qui me va bien, trouvée dans    « La possession » journaliers de 1963 : « Je pense que l'amour devient merveilleux, à partir du moment où il évite toutes les érosions pour n'être plus qu'un jeu, une simulation, un simulacre, quand il se réduit à des rites purement cérémoniels,  à l'adoration. »

 

J'ai regardé sur internet il y a quelques jours « La maman et la putain » de Jean Eustache avec beaucoup d'intérêt et noté cette phrase que dit Jean-Pierre Léaud :

« Quel plus grand hommage peut-on rendre à un homme qu'on admire que de lui prendre sa femme ? »

Ce qui confirme ce que je pense : il faut toujours se méfier de ses admirateurs !

 

Le nouveau LD avance comme un bateau - fantôme au loin dans la brume de l'avenir... Le mastering est achevé, la SDRM payée (tout cela est bien barbare) et la relecture est en cours pour chasser les coquilles. Le tout à l'imprimerie autour du 15 septembre et sortie un mois après...

 

Finir par Sénèque ce mois-ci ne vous fera pas de mal : Veux-tu savoir où tu seras après la mort ? Où sont les choses à naître.

 

Jean Lenturlu

 

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 12:15

Il n'y a pas d'âge pour mourir jeune.

 

Je cherche encore la femme que j'aime.

 

Il avait des pieds d'intellectuel.

 

Ce monsieur à Vienne qui m'achète « Ouverture facile » et qui me dit en partant : « Vous êtes un drôle de loustic ! »

 

Envie de boire des bières ; je me retiens du gosier.

 

Sous la bruine, de belles femmes humides...

 

Je souffre d'un syndrome romantique épuisant : dés que je rentre dans un bar, je tombe amoureux de la serveuse.

 

Toujours mon petit Marcel Jouhandeau quotidien, dans « Confrontation avec la poussière » journaliers d'octobre 1963 à février 1964, je note : « Si Dieu ressemble à ceux qui font profession de Le servir, je me donne au Diable. Jésus – Christ ne se plaisait qu'avec les pécheurs. On le comprend. Les pharisiens, les bigots ne sont pas fréquentables. »

 

Je ne sais pas bien vivre. Espérons que je saurai bien mourir.

 

Acheté encore de nombreux livres cet été avec une frénésie inquiétante et un plaisir inassouvi. Les lire tous me semble impossible et cela me désespère au point de vouloir en acheter d'autres pour exorciser cette impuissance. Lire, lire jusqu'à la nausée des yeux.

 

Le livre – disque intitulé « Relica » va sortir mi- octobre. Des aphorismes de campagne, des dessins tragiques et des chansons posthumes. Une nouvelle bouteille à la mer pour éviter le naufrage de ma vie. Espérer de loin qu'ils m'aiment...

 

L'impensable n'existe pas. CQFD.

 

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 19:23

Un nouveau livre disque approche lentement comme un bateau au loin...

La dureté de leurs yeux.

Moi, je dors derrière la télé.

Pour écrire un aphorisme, il faut penser sans réfléchir.

Contrairement à ce qu'on croit la presse ce n'est pas l'aventure, c'est presque toujours la mésaventure. Plus ça va mal, plus il y a de photographes, et là où il y a beaucoup de photographes on peut être sûr qu'on ne photographiera que des choses sans importance. Robert Doisneau (entretien avec Sylvain Roumette)

Dans cette forêt tropicale de l'angoisse qu'est la nuit chantent les murmures inquiets des enfants qui dorment, à cheval sur leurs rêves...

Dans « Le cercle », Saint-Evremond affirme, en 1656, que les précieuses font consister leur plus grand mérite « à aimer tendrement leurs amants sans jouissance et à jouir solidement de leurs maris avec aversion ». Alfred Simon (Molière qui êtes-vous ?)

Et à tout prendre, pour un auteur, il est moins fatigant de poser à l'écrivain-qui-écrit qu'à l'écrivain-qui-n'écrit-pas. Pierre Michon (Trois auteurs)

En hommage à tous ces footballeurs qui transpirent au Brésil, cette pensée de George Best (le meilleur du monde avec Socrates) : « J'ai dépensé tout mon argent en filles, en verres et en voitures. Tout le reste je l'ai gaspillé. »

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 19:46

A la Maison Jaune de Neuville sur Saône ce samedi, cette dame qui me dit : « Il paraît que vos chansons sont olé olé ! »

L'escroquerie du pompon du manège à la fête foraine que le monsieur laisse attraper à l'enfant de son choix. Louise, joyeuse d'être la gagnante alors qu'elle n'est que l'heureuse élue... Cela me fait penser un peu aux élections.

De loin, elle très belle.

"Ce qui permet l'outrecuidance de la jeunesse, c'est qu'elle ignore la durée du temps, au point de se croire éternelle. A mesure qu'on avance en âge, l'expérience vous met au pas de la fuite des jours, dont les derniers sont si courts qu'ils ne comptent pas." Marcel Jouhandeau « Etre inimitable » Journaliers VI 1960

En Iran, enlever son voile en public coûte 70 coups de fouet et 60 jours de prison. Des dizaines d'iraniennes bravent cet interdit via les réseaux sociaux et témoignent : « Ma terre natale est pleine de mouvements furtifs. On rit, on dans, on chante, on s'embrasse et on s'enlace furtivement, et notre gouvernement vole, tue, viole et fouette furtivement. »

Je ne chante que sous la contrainte d'un salaire (et encore).

A Valence le 16 mai, devant la librairie Notre Temps : « Vous n'êtes là qu'aujourd'hui ? Malheureusement le porte-monnaie est vide ! »

"Il regarda le sol, le mur et finit par mon épaule gauche. Je pensai à l'irritation que j'avais éprouvée la première fois que j'avais constaté ce comportement caractéristique et à quel point je le trouvais touchant aujourd'hui. Les paratonnerres ne vous regardent pas dans les yeux." Craig Johnson « L'indien blanc »

J'aime la littérature sans mots.

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 19:36

C'est en s'exposant aux regards des autres qu'on se connaît écrit Marcel Jouhandeau dans ses journaliers (1960) et c'est ce que je fais tous les jours de dédicace ; les autres jours je me cache...

Les boucheries de l'aube et les soirs de porcelaine. (Philippe Bosser)

Sur la quatrième de couverture d'un livre singulier intitulé "Tendre à" de Marie-Laure Dagoit, découvert à la librairie Obliques à Auxerre, il y avait ceci : " Selon une tradition du III siècle attestée par Tertullien, Marie la Folle, par humilité, aurait demandé à être crucifiée face à la croix, cul au public."

Je fais des photes d'ortographe pour emmerder les puristes et le correcteur de mon ordinateur.

J'écris ce que j'oublie ou l'inverse, ou les deux ensemble.

Beaucoup d'émotion en regardant après une nuit grise les quatre courts métrages de Chris Marker qui accompagne "Le fond de l'air est rouge".

A mettre sur sa carte de visite : J'ai l'évidente santé des êtres indésirables. (Antoine Brea)

Perdre conscience d'elle-même à ses pieds.

Avoir des bouffées d'humiliation et avoir honte d'être fier.

Il écrit bêtement des chefs d'oeuvre.

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 13:38

Elle promenait son grand corps ferme comme un jeune général. Qu’elle soit à cheval ou assise dans un salon. Il émanait d’elle un mélange d’odeur d’écurie et d’eau de rose, et une froideur désintéressée qui attirait les hommes comme des mouches.

Herbjorg Wassmo Le livre de Dina (tome 1)

Qu’est-ce que l’ivresse, sinon la plus jolie courbe qui soit d’un point à un autre ?

Jean-Luc Hennig (L’érotique du vin)

Je suis seul comme tout le monde.

Lui : Alors heureuse ?

Elle : Connard !

La nuit, elles sont toutes belles.

Cette femme à la librairie de Firminy qui me dit quand je lui propose de lui présenter mes livres : « Vous, vous faîtes de la démo ! » Que répondre sinon un beau sourire…

Je ne sais pas quoi écrire alors j’écris un roman.

Se sentir bête, même cela pour certains, c’est au dessus de leur intelligence.

Un des aphorismes des lycéens de Cusset extrait de l’atelier d’écriture : Demain j’irai voir un spectacle qui nettoie les spectateurs.

Je regarde ce dictionnaire historique et critique de 1703 et je me sens vieux.

Je suis fatigué d’exister mais pas de vivre.

On dit que le temps passe mais c’est nous qui trépassons.

Faire des photos comme écrivait Proust.

Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 20:18

Conseil de notre ami Beyle (Souvenirs d’égotisme) :

En arrivant dans une ville je demande toujours :

1er Quelles sont les douze plus jolies femmes.

2e Quels sont les douze hommes les plus riches.

3e Quel est l’homme qui peut me faire pendre.

 

La beauté est parfois tellement trouble que les censeurs n’y voient que leurs laideurs.

 

Dans « Le maquilleur d’étoiles » de Joël Cano : Le désir a besoin de silence pour ne pas s’échapper dans le souffle.

 

Bientôt un nouveau livre – disque de vieilles choses.

 

Envie de me vider entièrement et de flotter.

 

Dans le journal sans date de Gilbert Cesbron : « Passé un certain âge, nos vêtements s’usent moins vite que nous. »

 

Aujourd’hui je vais fabriquer un petit roman de trente pages disait Lautréamont.

 

Je lis « Les aventures des manuscrits de la mer morte ».

 

Paladine qui m’embrasse avant que je parte en me disant : « Je te fais des bisous de chasteté. »

 

Une jeune fille de vingt ans à côté de moi dans le train revenant de Paris qui fait les yeux ronds quand je lui dis que je n’ai pas de télévision chez moi et qui s’exclame : « Vous ne vous ennuyez pas ? »

 

Avoir des projets posthumes.

 

Retrouvé la rue des martyrs et pensé à Paul Léautaud. Les travestis ont disparu et Pigalle est triste.

 

Cette phrase du journal de Jules Renard (qui me fait penser à ma mère) : « Je n’ai rien oublié d’elle, que sa mort. »


Jean Lenturlu

Partager cet article

Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques