Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:16

L’air bovin de certaines personnes quand je leur parle de mes livres.

 

A Monistrol sur Loire, chez Damien au studio Golgoth 43, avec toute l’équipe artistique du nouvel album (Christophe, Nicolas, Armelle et Alexandre), pendant ces 4 jours (du jeudi 2 au dimanche 5 juin), les chansons sont rentrées dans la boîte magique, irriguées par une forme de lévitation de la musique sur notre désir de ne pas mourir, d’être immortel et de fixer le miroir de cette alchimie étrange.

 

Dans la rue, à Nevers, le 20 mai, devant la librairie, ce jeune homme en riant qui crie une insulte à un camarade : « Ta mère à poil devant la gare ! »

 

Dans un entretien avec Aliette Armel dans un vieux « magazine littéraire » de 1997, Daniel Pennac s’exprime et j’extrais cette pensée : « Je vois l’existence comme la succession de trois âges. L’enfance se déroule comme une sorte d’éternité (le temps n’existe pas) et dans l’adoration du père et de la mère. L’adolescence relève de la perpétuité (le temps ne passe pas) et on découvre la faille : le père - héros a des pieds d’argile et on lui en veut à mort, non pas d’être ce qu’il est, mais de ne pas correspondre à l’idée qu’on s’est fait de lui et qui n’engageait que nous. La seule définition acceptable, selon moi, de la maturité, c’est le pardon. Etre adulte, c’est se savoir mortel et pardonner à nos géniteurs leurs faiblesses de mortel. »

 

Cet aphorisme de Fernando Pessoa, implacable dans sa clarté : La sincérité est le plus grand obstacle que l’artiste doit vaincre.

 

J’aime le flacon de l’ivresse, non l’alcool qui est dans la bouteille.

 

Sa douleur me fait du bien.

 

Pour finir, ce développement magistral écrit par Jean Guéhenno le 12 février 1943 (journal des années noires) et qui a des résonances odieuses en ce moment dans ce que la politique nous offre de pire : « Jamais la République n’a osé franchement enseigner la République. C’est de cela qu’elle est morte peut-être. La bourgeoisie n’est devenue « républicaine » que pour continuer à contrôler les pouvoirs. Elle n’a jamais cessé de « résister », comme le faisait M. Guizot. Elle n’a pas cessé d’avoir peur de « l’égalité » et ne tenait à exalter dans les petites gens ce droit d’espérer qui était inscrit dans la loi même. A l’inverse, elle n’a pas tenu non plus à leur rappeler que la loi républicaine doit être une dure loi ; elle avait trop de souci de garder elle-même ses aises et de préserver sa propre mollesse. »

 

Jean Lenturlu

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article

commentaires

machefort 20/06/2011 22:31


« Ta mère à poil devant la gare ! » Pas mal, je connais la version maringoise de " Ta mère à poil devant l'hagard". En effet la gare de Maringues a été détruite dans les années 50.


christophe guillot 15/06/2011 18:06


Quand j'entends "Ta mère à poil devant la gare", je suis heureux de voir qu'il y a encore des gens qui aiment le service public.
Je termine par cette pensée du philosophe Dominique Strauss-Kahn: "Dieu a crée l'homme avec une bite et un cerveau mais pas assez de sang pour irriguer les deux en même temps


Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques