Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 21:02

Bientôt (fin septembre je l’espère) un nouveau petit livre en attendant (peut-être) le nouveau livre-disque en novembre (si les dieux de la finance nous prêtent intérêt et principal). Attendre un livre comme on attend un cadeau. Cela peut-être (aussi) un fardeau…

 

Je lis les mémoires d’Alexandre Dumas (période 1830 – 1833), fort bien écrites, style rapide et simple, qui relate la chute de Charles X et la confiscation de cette révolution par la bourgeoisie… Alexandre Dumas se ballade avec son fusil sur l’épaule dans les rues de Paris et décrit ce qu’il voit. Cet extrait : « Les boulevards étaient en feu, depuis la Madeleine jusqu’à la Bastille ; la moitié de leurs arbres étaient abattus, et avaient servi à élever plus de quarante barricades. (..) Du côté du faubourg et de la rue Saint-Antoine, l’élan était merveilleux : on avait écrasé les soldats venant de Vincennes avec des meubles jetés par les fenêtres. Tout avait été bon comme armes : bois de lit, armoires, commodes, marbres, chaises, chenets, contrevents,fontaines, bouteilles ; on avait été jusqu’à un piano ! Les troupes étaient complètement coupées. »

 

Scène de la vie festivalière à Aurillac le 19 août (Théâtre de rue)

Devant la petite librairie, cette auteure – poète qui dit pour excuser son petit chien qui aboie sur un de ses congénères, tenu en laisse par une vieille dame : « C’est un chien de poète ! » Et l’autre dame du tac au tac : « Ah ? il a quelque chose à dire ? »

 

A placer dans la conversation sur le contexte politique du moment de votre choix en citant Saint-Simon : « Tout se passa ,il est vrai, peu doucement mais sans la plus légère apparence de donner la moindre atteinte à la tranquillité parfaite. »

 

Entendu cette phrase dans Aurillac, après la dédicace : « Dans la tête, j’ai 20 ans. Le reste, c’est plus rien. »

 

Choisir le restaurant à cause de la serveuse.

 

Bientôt ne plus chanter, ne plus écrire, ne plus boire.

 

Louise (6 ans) qui invente ce mot : « L’agacité » Et elle précise sa définition : « Quand on est agacé. »

 

Pour finir, un aphorisme curieux de Malcom de Chazal (sens plastique) pour méditer le mois : « Les vallées sont les soutien- gorge du vent. »

 

Jean Lenturlu

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Lenturlu - dans Journal de Campagne
commenter cet article

commentaires

Bienvenue

  • : Le blog de Jean Lenturlu
  • Le blog de Jean Lenturlu
  • : Journal mensuel du noteur (et chanteur) Jean Lenturlu
  • Contact

Jean Lenturlu

  • Jean Lenturlu

Concerts

 

 

 

Retrouvez les livres et les chansons de Jean Lenturlu sur www.mapetitedistribution.com

 

 

Recherche

Rubriques